BECKETT, Premier amour, par Dominique Valadié

FMANOR014V5417ZM

Description

Lors de la création de En attendant Godot, Jean Anouilh se serait exclamé, admiratif :  c'est les Pensées de Blaise Pascal jouées par les Fratellini .
La formule a fait mouche et fait date, elle est frappante, elle est juste. Et, caractérise l'oeuvre entière de Samuel Beckett.
Comme Pascal, Beckett est habité, non d'une désespérance à être (expression par trop romantique et peut-être finalement flatteuse !), mais par le sentiment âpre et étonné d'être, et d'être gratuitement, sans but, ni espérance justement.
Notre esprit pourrait peut-être, sinon apporter réponse à cet étonnement, le sonder. Mais si les personnages de Beckett ressentent leur incomplétude, ils n'en restent pas moins velléitaires, empêchés, paresseux ; très vite rassasiés dans un à-peu-près ; ils pataugent, ne savent quoi entreprendre ni comment faire, ou oeuvrent à côté de la plaque...

Quoiqu'on lui voie parfois des mots peu usités (dans Premier amour  supination , mais pour dire quoi précisément ?), Samuel Beckett désamorce les mots sérieux, trop sérieux pour lui (ou pas assez !).  Désespérance  n'est pas dans son vocabulaire, ou si on l'y trouve, ce sera au second degré ; et il est aux antipodes de la belle rhétorique des Pensées. Il a l'air d'écrire de façon décousue, avec les mots de tous les jours, et comme au fil de la plume ; une plaisanterie grasse qui, en société, nous offusquerait (autant qu'elle offusquerait Port-Royal), ne lui fait pas peur ; et il aime le scatologique de la farce ! Mais, on le sent bien, si elle nous amuse, la grossièreté n'est pas gratuite ; serait-ce un appel ? une protestation contre nous, spectateurs, que Beckett rêve de voir plus actifs ? contre lui-même ?

Premier amour, rappelle le titre du roman de Tourguéniev ; Beckett, lui, se moque de l'emphase des grands sentiments. Il veut aller plus loin, il veut plus de vérité, un absolu de vérité s'il est possible. Sa désinvolture apparente, la modestie de ses personnages, leur démuni, balaient la grandiloquence, et de cette table rase, Beckett se met en route vers une profondeur de tous les moments, une profondeur que nous connaissons tous au secret de nous-mêmes.
Mais il va peut-être aussi vers un monde, où, comme dans le cosmos, l'air est plus rare...

Ex-pensionnaire de la Comédie-Française, Dominique Valadié ; joue le répertoire classique et les auteurs contemporains auprès de metteurs en scène tels que Antoine Vitez, Claude Règy, Jean-Pierre Vincent... Elle a obtenu plusieurs Molière dont celui de la meilleure comédienne pour son interprétation de La Dame de chez Maxim's de Georges Feydeau en 1991. Dominique Valadié ; choisit avec soin les rôles qu'elle incarne tout autant que les textes qu'elle lit.
Lors de notre session de 2020, chacun a été saisi de l'élégance inspirée et de la force dramatique de sa lecture du conte de Perrault Griselidis. Une source d'inspiration pour nous.
À la rentrée prochaine au Théâtre de l'Atelier, Dominique Valadié fera la création française de la pièce de Lucy Kirkwood Les Enfants.

Tarifs

Tarif de base : 12,00 €

Prestations

Catégories d'événements : Festival

Ouvertures


Le jeudi 18 août 2022

Retrouvez plus d'informations dans le calendrier.

Labels & classement

À proximité